Brrr mais il fait froid depuis quelques jours… Même dans le sud ! Pour vous réchauffer et aussi parce que le 21 janvier c’est la journée internationale des câlins, aujourd’hui, je vous parle de câlinothérapie (autrement dit la thérapie par les câlins). Je vous dévoile dans cet article les principaux bienfaits des câlins ainsi que l’interview vidéo de Nathalie qui organise des opérations free hugs et pratique la câlinothérapie en tant que professionnelle sur Montpellier.

Les bienfaits de la câlinothérapie

Ca fait plusieurs mois qu’il couvait cet article. Il m’a été inspiré par ma fille de 16 mois. Elle a eu une période où elle était extrêmement câline et il n’était pas rare qu’elle tende spontanément les bras aux adultes de ma connaissance (ou pas d’ailleurs !) pour une séance improvisée de câlinothérapie. Je les observais, amusée et attendrie, se laisser aller à fermer les yeux tout en lançant des : « Qu’est-ce que ça fait du bien un câlin comme ça ». Tous ceux qui ont goûté aux hugs de Marlène en redemandent… C’est vrai que ces petits moments de tendresse me font un bien fou à moi aussi. Le temps s’arrête quelques minutes quand elle m’enlace le cou et qu’elle me serre fort avec ses petits bras, la tête calée dans le creux de ma nuque. C’est un acte d’affection si pur quand il vient d’un jeune enfant. On ressent vraiment toute la puissance de l’amour inconditionnel.

Câlinotherapie, tous les bienfaits des câlins

Je ne m’étais jamais intéressée aux bénéfices que les câlins pouvaient avoir sur la santé. Figurez-vous que se câliner stimule la sécrétion d’ocytocine, de dopamine et de sérotonine (hormones du bonheur, de l’amour et du plaisir). Les câlins réduisent aussi le taux de cortisol (hormone du stress), l’anxiété, la pression artérielle, le risque de maladies du coeur et renforcent même notre système immunitaire. A cela s’ajoutent les sensations de bien-être, d’apaisement, de confiance et de sécurité. Au fond, on le sait instinctivement. C’est souvent notre 1er réflexe quand on veut consoler quelqu’un ou qu’on ne trouve pas les mots adéquats pour le faire. Un câlin, c’est un geste affectueux qui dit tout sans rien dire : « Je suis là », « Ne t’en fais pas », « Ca va aller », « Je t’aime »… Un mix d’amour, de chaleur humaine, de douceur, de compassion et de tendresse. Les mots sont superflus… C’est fou quand on y pense, le pouvoir d’un câlin !

La câlinothérapie pour tous !

Certains vont me dire : “OK, c’est bien beau tout ça… Mais quand on est seuls, avec qui on fait des câlins, hein ?”. Rassurez-vous, si malheureusement vous n’avez vraiment personne pour vous faire un gros câlin, il existe des alternatives. Vous pouvez tester les ateliers Câlin sur Paris, par exemple, ou pourquoi pas vous rendre dans un bar à chats ? C’est sérieux, ça marche aussi quand on câline des animaux. Il y a le Kafelin si vous habitez Montpellier, mais vous en trouverez dans d’autres villes de France comme Paris, Nice, Lyon, Rennes, Strasbourg ou Toulouse… Vous profiterez, en plus, du son apaisant de leurs ronronnements ! Si vous êtes hyper motivés, vous pouvez aussi tenter de rencontrer Amma, la fondatrice de l’ONG internationale « Embracing the World », sur Paris ou Toulon pour recevoir son étreinte ou « darshan ». Attention toutefois, vous ne serez pas seuls à faire la queue (environ 20 000 personnes sur 3 jours !).

Le "darshan", étreinte d'Amma

Et pourquoi ne pas proposer vous-même des free hugs ? Faut oser mais ça peut être aussi un challenge pour sortir de votre zone de confort… Sinon, patientez juste quelques jours car samedi prochain, c’est la Journée internationale des câlins ou Hug day. Il y a de fortes chances pour que des événements free hugs soient organisés près de chez vous. Autre solution, j’ai vu passer un article concernant une canadienne qui recrutait des câlineurs professionnels ou hugger pro. N’y voyez rien de sexuel, hein, le but est thérapeutique ! Par le biais de son entreprise, baptisée The cuddlery, vous pouvez vous offrir 30 minutes, 1 heure ou 2 heures de câlins. Bon, le Canada, ce n’est pas la porte à côté… Mais si je vous disais que j’ai trouvé quelqu’un qui propose des prestations professionnelles de câlinothérapie tout près de Montpellier ? Elle s’appelle Nathalie Cardinal et je l’ai rencontrée. Elle vous en dit plus sur ses activités (massage tantrique, câlinothérapie et opérations free hugs) dans une interview vidéo :

Pour conclure

Je vous laisse deviner comment s’est finie mon entrevue avec Nathalie… Par un joli hug. Autant je suis très câline et peux me montrer débordante d’affection avec mes proches… Là, j’avoue que sur le coup, j’ai eu peur de me sentir mal à l’aise dans les bras d’une presque inconnue. En réalité, pas du tout. C’était super agréable. Hug de Nathalie, testé et approuvé ! Vous l’aurez compris, se cajoler, se dorloter, s’embrasser… Tout ça, c’est bon pour la santé, alors pourquoi se priver ? C’est dommage que je ne sois pas libre le 21 janvier pour le rassemblement free hugs qui aura lieu de 14h à 16h Place de la Comédie car ça m’a donné envie de tenter l’expérience. Ce n’est que partie remise, je vous raconterai !!! Ou si de votre côté vous participez samedi ou avez déjà participé à une opération free hugs, venez me raconter en me laissant un petit commentaire.

Sources

La câlinothérapie – Une prescription pour le bonheur
Le Petit Livre des gros câlins

Crédits photo : Freepik (auteur : Teksomolika) et Pixabay

banniere inscription newsletter
GRATUIT : recevez votre guide complet pour devenir optimiste !
Placeholder
Auteur

Ancienne râleuse et pessimiste repentie, je partage depuis 2014 sur mon blog Etre optimiste toutes mes petites astuces pour apporter plus de positif dans nos vies.

6 Commentaires

  1. Viviane Thierron

    Très beau sujet, les câlins, merci Julie, et merci pour l’interview de Nathalie, très inspirante 🙂

  2. Merci Viviane 🙂 Une très jolie rencontre en effet. C’est grâce à cet article que j’ai découvert que Nathalie pratiquait la câlinothérapie tout près de chez moi, comme quoi…

  3. J’ai participé pour la 1ère fois l’année dernière avec une amie. J’avais déjà fait des free hugs à des personnes mais je n’avais jamais tenu de pancarte en proposant.
    Certaines personnes venaient par jeu, par curiosité, mais avec d’autres nous avons partagé de grands moments de partage et d’amour.
    C’est fort de les sentir tremblant dans nos bras, de sentir leur respiration s’apaiser puis se calquer sur la nôtre, de les sentir s’abandonner.
    Mes meilleurs souvenirs sont avec des personnes que n’aurais jamais imaginé prendre contre moi.
    Je me rappelle d’un jeune homme à l’allure « racaille », le visage fermé limite agressif me regardant de côté. Je suis allée vers lui, souriante, en lui ouvrant les bras et son visage s’est transformé. Il m’a offert un large sourire et est venu à moi. D’un coup j’ai eu l’impression de tenir un enfant dans mes bras. Il était complètement abandonné.
    Durant cet échange et bien d’autres, le temps semble comme suspendu. Plus rien n’existe. Nous sommes comme dans une bulle de sérénité.
    Je suis repartie de cette 1ère fois complètement bouleversée, transformée avec une seule envie, recommencer.
    C’est ce que j’ai fait cette année amenant cette fois avec moi mon ami et mes fils de 6 et 10 ans.
    Un véritable défi pour mon ami qui est d’une nature très réservée.
    Au départ il ne voulait pas tenir de pancarte, être seulement là en observateur. Petit à petit il a fait tomber ses barrières et a pris ma pancarte.
    Il a été surpris de voir des hommes et des femmes venir à lui. Il a été troublé de les sentir trembler dans ses bras, de voir leur regard briller ensuite, de les sentir parfois déstabilisé de cet échange. Il a ressenti le bienêtre de la tendresse donnée et de celle reçue.
    Mes fils ont été enchantés par cette journée. Des personnes faisaient même la queue pour les prendre dans leur bras et venaient me remercier de les avoir amenés.
    Je les avais prévenus que des gens pouvaient être très émus dans ces moments-là.
    Je me souviens d’une femme d’une soixantaine d’année les serrer longuement à tour de rôle. Quand elle s’est séparée d’eux après les avoir chaleureusement remercié, elle est partie les yeux remplis de larmes.
    J’ai été surprise de voir de jeunes ado aller vers eux. C’est peut-être plus facile pour eux d’aller vers d’autres enfants que vers des adultes qui pourraient leur rappeler leurs parents.
    Nous gardons tous les 4 les mêmes souvenirs. Ceux de sourires, de remerciements, de chaleur humaine, d’amour, de bonheur.
    Nous reviendrons l’année prochaine, c’est certain.

    « Si vous prenez quelqu’un dans vos bras avec chaleur, avec amour, si ce n’est pas un geste sans vie, s’il est plein de sens, important, vrai, si votre cœur s’écoule à travers lui, immédiatement vous entrez en contact avec l’enfant, avec l’enfant innocent. Et l’enfant innocent, même s’il ne fait surface que pour un seul instant, a une action énorme car l’innocence de l’enfant est toujours saine et entière ; elle n’est pas corrompue. Vous avez atteint le tréfonds de la personne, là où aucune corruption n’est jamais entrée. Vous avez atteint au plus profond de la pureté, et simplement faire que cet espace pur batte à nouveau au rythme de la vie, c’est suffisant. Vous avez déclenché, stimulé un processus de guérison. »

  4. Merci Alexe pour ce magnifique témoignage, très touchant et qui me donne encore plus envie de tenter l’expérience… Et pourquoi pas en famille, après tout ?

  5. Merci pour cet article que je m’empresse de partager avec mon amoureux qui n’est pas assez affectueux … à mon grand désespoir ! Je sais ce que c’est que de manquer de câlin … C’est d’abord un manque purement physique, et ça peut parfois avoir un impact (trop) important sur le moral, la motivation, l’envie quotidienne …

  6. Oui… Je comprends, c’est valable aussi quand on est enfant malheureusement… Quand on ne reçoit pas beaucoup d’affection de la part des parents…

Rédiger un commentaire