A bientôt 32 ans, Anne-Charlotte est sophrologue, énergéticienne et formatrice. Elle a perdu son œil droit à 10 ans lors d’un accident domestique. Une expérience terrible dont elle a su tirer sa force et qui l’a même conduit vers sa mission de vie… Elle nous raconte son histoire et comment elle a réussi à rester optimiste après un accident.

Rester optimiste après un accident : le témoignage d’Anne-Charlotte

« J’avais tout juste 10 ans lorsque j’ai perdu mon œil droit dans un accident domestique. Verdict : je devais attendre l’âge adulte pour tenter un implant ou, à défaut, me faire retirer l’œil. Au fond de moi, j’avais l’espoir que la médecine fasse suffisamment de progrès pour qu’un jour, je récupère la vue. Les 4 années qui ont suivi l’accident, j’ai passé beaucoup de temps à l’hôpital, pour des complications, surpoids, problème immunitaire. J’en ai vu des horreurs… C’est pour ça que j’ai rapidement réussi à relativiser ma condition. A 14 ans, j’ai commencé à me sentir mieux. Bien qu’un peu rebelle, j’étais une ado joyeuse et bonne élève, mais je ne parlais pas de mes problèmes de santé. J’évitais le sujet au maximum. J’ai pris un 1er rendez-vous pour me faire opérer à 21 ans. J’avais prévu de partir l’année suivante au Mexique pour un échange universitaire. Mon ophtalmo a refusé catégoriquement, me disant qu’il y avait en général de grosses complications et sans aucune garantie de voir à nouveau ! Je suis partie vivre au Mexique 6 ans. J’avais abandonné l’idée de récupérer la vue. Je m’étais construite comme cela. C’était une force à présent.

Témoignage comment rester optimiste après un grave accident domestique

Je suis rentrée en France à 28 ans. Mon médecin allait tenter de me redonner la vue… Je me suis faite opérer à la fin de mon année de master en recherche. Après l’opération, la douleur était telle que j’ai fondu en larmes. Tout ne s’était pas déroulé comme prévu. Ils n’avaient pas pu fixer mon implant correctement et il risquait de tomber. J’avais tellement mal que j’ai passé 48 h en position fœtale. Mais j’avais un mémoire à terminer, alors une semaine après, j’étais de nouveau sur mon ordinateur. 1 mois plus tard, mon état de santé s’est dégradé. J’ai fini mon mémoire en pleurs, l’œil bandé. En sortant de ma soutenance, rendez-vous chez le docteur. Mon implant avait glissé dans l’œil, j’ai subi une 2ème opération en septembre 2015. 2 lourdes opérations, 1 an d’immobilisation et après de longs mois de rééducation, j’ai presque récupéré la vue parfaitement. Un miracle pour la médecine ! Aujourd’hui, j’apprécie le simple fait de pouvoir voir, sentir, entendre. J’ai appris à développer mes autres sens, à me concentrer sur ce qui fonctionne et non sur ce qui ne fonctionne pas. Le temps passé les yeux fermés m’a permis d’apprendre à observer la magie qui existe en nous.

Citation Anne-Charlotte – Témoignage comment rester optimiste après un grave accident domestique

J’étais toute jeune lorsque l’accident a eu lieu, mais je me souviens parfaitement de mes ressentis : la vie peut basculer en quelques secondes et laisser des conséquences pour le restant de nos jours. Je ne verrai plus jamais la vie de la même façon ! Vivre au Mexique m’a permis de découvrir la sagesse ancestrale. Cela a transformé ma vision du monde. On m’a expliqué qu’inconsciemment, nous provoquions nos accidents, notre malheur. J’étais donc responsable de la perte de mon œil. Dur à avaler, mais « Tout ce qui ne tue pas rend plus fort ». Grâce à mon œil, j’ai développé une manière de voir la vie différente: je vois les Anges. Notre cerveau joue aussi beaucoup dans notre perception des choses. Certains incidents surviennent et sur le moment, c’est extrêmement difficile d’en percevoir le positif. Mais avec le temps, on peut se servir de ses blessures pour se surpasser davantage… Rester positif est la seule façon d’accélérer le processus de deuil : du déni à la colère, de la dépression à l’acception pour finalement se reconstruire. Nous sommes capables de surmonter des épreuves très fortes et de nous adapter, soyez-en certains ! Gardez la foi, quoi qu’il arrive. Les techniques de méditation, de relaxation, l’hypnose, le yoga, la sophrologie m’ont beaucoup aidée. Le développement personnel m’a fait « voir la vie » différemment. Aujourd’hui, j’ai abandonné mon ancien métier pour devenir sophrologue. Une passion que je partage avec beaucoup de bonheur. »

GRATUIT : recevez votre guide complet pour devenir optimiste !
Placeholder
Auteur

Ancienne râleuse et pessimiste repentie, j’ai décidé de devenir optimiste en 2011. Je me suis alors passionnée pour le développement personnel et la psychologie positive. J’ai créé LE blog lifestyle positif Etre optimiste en 2014 pour partager mon expérience, mes découvertes, mes lectures positives, mes astuces bien-être, mes trucs anti-déprime… Bref, tout ce qui me permet d’apporter plus de positif dans ma vie quotidienne et de maman !

Rédiger un commentaire