Voici le témoignage d’une personne que nous appellerons Marie (elle a souhaité rester anonyme). Marie a 66 ans, 2 filles et 2 adorables petits-enfants de 7 et 6 ans. Très généreuse, elle est sociable et toujours disponible pour ses proches. Elle nous raconte aujourd’hui comment elle fait pour rester optimiste avec la maladie de Parkinson.

Rester optimiste avec la maladie de Parkinson : le témoignage de Marie

« En 1998, nous venions d’emménager à la Réunion et notre médecin nous a conseillé de faire le vaccin pour l’hépatite. Est-ce que cela a un lien ? Toujours est-il que c’est à ce moment-là que tout a commencé : grande fatigue, tremblements, difficultés à écrire… Je suis allée faire des examens chez un neurologue et c’est là que j’ai su que j’avais la maladie de Parkinson. Le ciel m’est tombé sur la tête. J’avais l’impression d’être dans un cauchemar ! Je pensais à tort que c’était une maladie de « vieux » et je n’avais que 50 ans… Je suis restée longtemps dans le déni et encore des fois maintenant, je me dis que ce n’est pas possible.

Témoignage de Marie - Rester optimiste avec la maladie de Parkinson

A la maladie s’est ajouté un autre événement, mon mari m’a dit un jour : « je veux vivre ». Après 37 ans de mariage, j’étais jetée. J’ai ressenti de la haine, de la colère. Je suis rentrée en métropole, anéantie. Au début, la maladie a peu évolué mais à partir de 2006, les tremblements ont empiré. Les médicaments me donnaient des nausées et parfois des hallucinations. Je me suis retrouvée dans des situations cocasses à cause de la maladie ! Je me suis endormie à table, dans le tramway, sur les toilettes… J’ai aussi pris beaucoup de poids. Cela se ressent sur mon état général et mon coeur. Je suis très essoufflée et vais devoir faire changer ma valve mais sans perte de poids, pas d’opération…

banniere inscription newsletter

Citation Marie – Témoignage rester optimiste avec la maladie de Parkinson

A côté de ça, je me suis aussi prise en mains, je me suis fait des amis sur Montpellier même si cela n’a pas été toujours facile. Bien sûr la maladie de Parkinson est là mais je fais en sorte de ne pas trop y penser. Quant à mon mari, je me suis aperçue que je pouvais vivre sans lui. Finalement, je suis redevenue moi-même, plus bavarde et j’ai retrouvé une vraie vie sociale ce qui n’était pas le cas avec lui. Il m’aura fallu de l’optimisme mais l’important est d’aller de l’avant sans trop regarder derrière. Il faut se dire qu’il y a toujours de l’espoir, il faut aussi croire en la recherche et la médecine. »

Vie sociale Marie - Rester optimiste avec la maladie de Parkinson

Crédit photo : Freepik

GRATUIT : recevez votre guide complet pour devenir optimiste !
Placeholder
Auteur

Ancienne râleuse et pessimiste repentie, je partage depuis 2014 sur mon blog Etre optimiste toutes mes petites astuces pour apporter plus de positif dans nos vies.

2 Commentaires

  1. En côtoyant Marie dans le cadre de mon travail, je me suis vraiment aperçu de la chance que j’avais d’être en bonne santé. Je l’ai trouvé très courageuse après ce qu’elle a traversé. Nous n’avons pas toujours conscience de cela, mais ça m’a donné encore plus envie de profiter de la vie. Des petits plaisirs comme aller au restaurant, au cinéma, assister à un concert sont des choses qui deviennent très difficiles pour elle et elle a maintenant besoin d’une aide quotidienne pour le ménage, les courses ou ses déplacements. Sachons profiter de chaque instant !

  2. bonsoir
    j’ai une collègue de travail avec qui je suis très ami et qui,à 58ans,vient de m’annoncer qu’elle avait cette maladie de Parkinson…

Rédiger un commentaire