On ne présente plus ni « L’Alchimiste« , ni Paulo Coelho… A défaut d’avoir lu cet ouvrage, vous en avez sûrement déjà entendu parler. Je l’ai choisi aujourd’hui car c’est un livre incontournable et aussi très cher à mon cœur. Une histoire fabuleuse découverte grâce à une rencontre aussi magique qu’improbable lors d’un séjour en Pologne en 2005. Ce genre de rencontres intenses, troublantes et inoubliables comme nous en offre parfois la vie. Celles qui sonnent comme des retrouvailles 🙂

De l’importance d’aller au bout de ses rêves

La couverture de l’exemplaire que j’ai en ma possession est toute rayée et cornée. Pourtant, j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux car à chaque fois que je l’ouvre, je vois le petit mot de Rachael daté du 16 février 2005. Une dédicace qui résume tellement bien à elle seule l’intérêt de cet ouvrage : « Je t’offre ce livre pour qu’à chaque moment de doute de ta vie, tu le lises ou te remémores ton voyage en Pologne et tu te rappelles que chaque malheur est là pour te préparer à un bonheur ».

« L’Alchimiste », c’est l’histoire de Santiago, ce jeune andalou devenu berger parce qu’il voulait voyager. Il a pris son courage à deux mains pour quitter le chemin tout tracé par ses parents qui voulaient faire de lui un prêtre car comme il le dit lui-même dès les premières pages : « C’est la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante ». Voici donc un livre qui parle de rêves, les buts que l’on se fixe dans la vie mais aussi les songes. Oui, car c’est un songe récurrent de trésor qui va le conduire jusqu’aux pyramides d’Egypte. Un parcours initiatique qui l’emmènera à rencontrer des gens très différents mais surtout à apprendre à écouter son âme, son cœur et à devenir attentif aux signes. Le récit d’un homme qui a choisi d’être libre pour accomplir sa légende personnelle.

Qu’est-ce que la légende personnelle ?

Ah, mon passage préféré… « La légende personnelle, c’est ce que tu as toujours souhaité faire. Chacun de nous, en sa prime jeunesse, sait quelle est sa légende personnelle. A cette époque de la vie, tout est clair, tout est possible, et l’on n’a pas peur de rêver et de souhaiter tout ce qu’on aimerait faire de sa vie. Cependant, à mesure que le temps s’écoule, une force mystérieuse commence à essayer de prouver qu’il est impossible de réaliser sa légende personnelle (…) Ce sont des forces qui semblent mauvaises, mais qui en réalité t’apprennent comment réaliser ta légende personnelle. Ce sont elles qui préparent ton esprit et ta volonté, car il y a une grande vérité en ce monde : qui que tu sois et quoi que tu fasses, lorsque tu veux vraiment quelque chose, c’est que le désir est né dans l’âme de l’Univers. C’est ta mission sur la Terre (…) Et quand tu veux quelque chose, tout l’univers conspire à te permettre de réaliser ton désir ».

Santiago ose, prend des risques pour atteindre ses rêves. C’est une chose que la plupart d’entre nous ne sera malheureusement jamais capable de faire, à l’instar du marchand dont parle le Roi de Salem. Comme Santiago, ce dernier a toujours voulu voyager mais il a préféré acheter une carriole pour vendre du pop-corn et partira un mois en Afrique quand il sera vieux… Je ne veux surtout pas être comme le marchand de pop-corn ! Je veux vivre ma vie pleinement, LA MIENNE, pas celle que les autres attendent ou exigent de moi. La vie est trop courte pour la vivre par procuration ou pour laisser les autres décider à notre place de ce que nous voulons. Carpe Diem ! Trouvez et accomplissez votre légende personnelle, ce pour quoi vous êtes fait(e) et qui vous rend heureux.

En savoir plus : L’Alchimiste

banniere inscription newsletter

Pour conclure

N’en déplaise à ceux qui trouvent l’ouvrage naïf, « cul-cul la praline » ou déplorent son langage trop simpliste… Pour moi, il est plein de bon sens et de vérités. Non, vous ne trouverez pas de mots savants dans « l’Alchimiste » mais il y a une raison toute simple à cela, c’est qu’il s’adresse à l’enfant qui est en nous. Celui qui sait ce qu’est notre légende personnelle. Je suis de celles qui voient des signes, qui font parfois des rêves prémonitoires et qui se fient à leur intuition, alors oui, ce livre me parle. Pas besoin qu’il fasse 500 pages ou qu’il utilise du vocabulaire soutenu que je pourrai réutiliser pour briller en société. Au contraire, c’est très bien car ça le rend accessible à tous y compris à ceux à qui les bouquins donnent des boutons. Tant qu’il contribuera à ouvrir un peu plus le cœur et l’esprit, je continuerai à le recommander !

Pour la petite histoire

Avec plus de 170 millions de livres vendus (dont 75 millions pour « L’Alchimiste »), traduits dans 69 langues, le brésilien Paulo Coelho est devenu ce qu’on appelle communément un « auteur à succès ». Pourtant, la vie n’a pas toujours été tendre avec lui. Adolescent, ses parents le feront interner trois fois en hôpital psychiatrique prenant son attitude rebelle pour de la folie ! De par son appartenance à certains cercles artistiques, il sera plus tard emprisonné et torturé sous la dictature brésilienne… Il rejoindra ensuite le mouvement hippie. C’est en 1986, alors qu’il entreprend un pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle qu’il se convertit au christianisme, expérience qu’il décrira dans son premier livre Le pèlerin de Compostelle publié en 1987. L’Alchimiste est son second ouvrage et c’est aussi celui qui lui permettra d’acquérir une renommée internationale. Il lui vaudra notamment le Grand prix des Lectrices de Elle en 1995.

Sources :

Le site de France Info
Le site de Paulo Coelho

GRATUIT : recevez votre guide complet pour devenir optimiste !
Placeholder
Auteur

Ancienne râleuse et pessimiste repentie, je partage depuis 2014 sur mon blog Etre optimiste toutes mes petites astuces pour apporter plus de positif dans nos vies.

Rédiger un commentaire