Bertrand a 43 ans. La vie de ce papa a basculé le 29 septembre 2014, lorsque son 2ème enfant âgé de 4 mois a fait un arrêt cardio-respiratoire chez sa nourrice. Quelques jours plus tard, son petit Tom est décédé à la suite de maltraitances infligés par sa nourrice, connues sous le nom de syndrome du bébé secoué. Bertrand est devenu ce que l’on appelle un papange. Comment rester positif après le décès d’un enfant ? Comment surmonter une telle épreuve ? C’est l’expérience que Bertrand a souhaité partager avec nous par le biais de ce témoignage.

Le 12 octobre 2014, je suis devenu un “papange”

Le 29 septembre 2014, ma vie a basculé lorsque j’ai appris que mon fils avait fait un arrêt cardio-respiratoire chez sa nourrice. 12 jours de coma et des examens qui révéleront que mon fils a été maltraité à plusieurs reprises. Son cerveau avait subi tellement de dommages que ma compagne et moi avons dû décider de le débrancher pour qu’il puisse mourir dans nos bras. 2h15 à soutenir mon enfant et le voir lutter pour respirer… En ce 12 octobre 2014, un ange est né. Je suis devenu un “papange”. Après ça, ma vie était déphasée du monde extérieur, de la société. Je n’avais qu’une envie : arrêter le temps, être libre d’avancer à mon rythme et surtout garder en mémoire tous les souvenirs avec Tom, ne rien perdre de ses 4 mois de vie. Les jours et mois qui ont suivi ont été rythmés par l’enquête judiciaire, enfin, par la lenteur de la justice, par la nécessité d’accompagner et protéger mon aîné, de soutenir ma compagne… Un combat contre soi-même pour essayer d’avancer et de trouver du sens à cette nouvelle vie.

Entre incompréhension, colère et injustice…

Après l’incompréhension, la seule émotion en moi a longtemps été la colère. Ce n’était pas de la haine. J’étais en colère après moi de ne pas avoir vu la méchanceté chez cette personne, de ne pas avoir pu sauver mon fils et jouer à 100% mon rôle de père, de protecteur. A cette colère s’est ajouté un sentiment d’injustice. Cette nourrice est restée libre jusqu’au procès malgré sa mise en examen. Elle pouvait se balader devant chez nous, s’asseoir à coté de nous au restaurant et nous n’avions le droit de ne rien dire. Injustice de voir que la société n’aide pas les victimes. Si Tom avait été victime d’un accident, nous aurions été mieux pris en charge. Injustice de constater que la justice est là pour les coupables et que les victimes sont seules ! Ma personnalité n’a pas changé suite à ce drame, mais mon ressenti envers les gens et le monde extérieur a été tout autre. Je ne supportais plus les gens. Quand un enfant pleurait devant moi, j’étais profondément touché. Il m’était insupportable de le voir souffrir…

Citation Bertrand Gimonet

Je me bats pour que la mort de mon fils serve

Après un procès qui a condamné notre nourrice mais n’a pas permis d’avoir toutes les réponses ni d’excuses pour son crime, la vie a repris ses droits. J’ai eu 2 autres enfants après Tom. Aujourd’hui, je vois le bout du tunnel dans mon parcours de deuil et j’apprends à vivre avec mon ange. Cette expérience m’a fait prendre conscience des priorités de la vie : mon bien-être et celui de ma famille. Elle a également mis en exergue certains traits de ma personnalité, certaines forces, comme la résilience. Pour tenter de donner du sens à la mort de mon fils, je me suis engagé au sein d’associations pour faire de la prévention et lutter contre le syndrome du bébé secoué. J’ai aussi écrit un livre jeunesse La rentrée de Tom, bébé secoué pour sensibiliser le Grand public et proposer un outil de prévention aux professionnels de santé et de la petite enfance. Mon optimisme et mon amour pour la vie m’ont aidés à surmonter cette épreuve. Rien n’est impossible. Battez-vous ! Croyez en vous et en vos capacités.

Le témoignage de Bertrand est également disponible en version vidéo :

N.B : cet article contient un lien affilié. Je participe au Programme Partenaires d’Amazon. Je touche donc une petite commission si vous achetez un produit sur ce site en cliquant sur mon lien. Ça ne change rien pour vous, mais de cette façon vous m’aidez à faire vivre mon blog. Merci par avance pour votre soutien !

NOUVEAU : découvrez le Challenge gratuit "7 jours pour positiver" !
Placeholder

Rédiger un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin it