Si vous vous intéressez au développement personnel, le nom de Lise Bourbeau vous est sûrement familier. Le livre dont je vais vous parler, Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même, s’est vendu à plus de 1 000 000 d’exemplaires. Difficile de passer à côté… Dans cet ouvrage, l’auteur recense l’existence de 5 blessures de base : le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice qui permettraient d’expliquer nos maux physiques, émotionnels et mentaux. A chacune de ces 5 blessures émotionnelles correspondent 5 masques (nouvelles personnalités) que nous créons inconsciemment pour nous protéger de la souffrance : le fuyant, le dépendant, le masochiste, le contrôlant et le rigide. Voici un petit avant-goût de ce que vous pourrez trouver dans le livre de Lise Bourbeau puisque je ne peux pas vous dévoiler tout son contenu évidemment. J’espère que ça vous donnera envie d’approfondir le sujet afin d’apprendre à mieux vous connaître et de poursuivre votre transformation intérieure !

La blessure de rejet

Parmi les 5 blessures, le rejet est la 1ère à se manifester. Elle se présente très tôt dans la vie, parfois dès la naissance ou même avant de naître. Ça peut être le cas d’un enfant non désiré, arrivé “par accident” ou qui n’est pas du sexe voulu. Quand une personne se sent rejetée, pour éviter de souffrir du rejet, elle se crée un masque de fuyant. Et porter un masque signifie ne plus être soi-même… Le fuyant doute carrément de son droit d’exister. Sa 1ère réaction est de fuir. Ainsi, un enfant qui se sent rejeté sera souvent sage et tranquille et aura tendance à s’évader dans un monde imaginaire. On dira de lui qu’il est “dans la lune”. La blessure de rejet est vécue avec le parent du même sexe. Or, comme le rappelle Lise Bourbeau : “Le parent du même sexe a pour rôle de nous apprendre à aimer, à nous aimer et à donner de l’amour.” Si vous vous reconnaissez dans cette blessure, vous avez sûrement des difficultés à vous accepter et à vous aimer. Une autre caractéristique du fuyant est de rechercher la perfection à tout prix. Il a en effet très peur d’être incompris ou considéré comme inintéressant, sans valeur… Des mots comme “nul”, “rien”, “inexistant”, “disparaître” reviennent souvent dans le vocabulaire du fuyant.

La blessure d’abandon

L’abandon et le rejet sont souvent confondus. Abandonner quelqu’un, c’est le quitter, le laisser, ne pas vouloir s’en occuper. Rejeter quelqu’un, c’est le repousser, ne pas vouloir l’avoir à ses côtés ou dans sa vie. La blessure d’abandon commence généralement avant l’âge de 2 ans. Elle est vécue avec le parent du sexe opposé. Il arrive fréquemment qu’une personne souffrant d’abandon souffre aussi du rejet. La majorité des gens ont plusieurs blessures. Elles n’ont pas toutes le même degré de douleur. Ceux qui souffrent de la blessure d’abandon vont se créer un masque de dépendant. Le dépendant est persuadé qu’il ne peut arriver à rien tout seul et qu’il a besoin de quelqu’un pour le supporter. C’est le profil qui a le plus de risque de se comporter en victime. Il y a une forte probabilité pour qu’un de ses parents ou les 2 soient aussi des victimes. Plus une personne agit en victime, plus sa blessure d’abandon devient importante. Le dépendant a besoin de l’attention, du soutien et de l’approbation des autres. On retrouve souvent dans son vocabulaire des mots et expressions comme “je ne supporte pas”, “seul”, “absent”.

La blessure d’humiliation

Cette blessure s’éveille entre l’âge de 1 et 3 ans, si l’enfant sent que l’un de ses parents a honte ou a peur d’avoir honte de lui. L’enfant peut aussi se sentir abaissé s’il se sent très contrôlé par l’un des parents, s’il trouve qu’il n’a pas la liberté d’agir ou de bouger comme il le souhaite au niveau physique. La blessure d’humiliation est le plus souvent vécue avec la mère. La personne qui souffre de ce type de blessure se créera le masque du masochiste. Elle recherche de façon inconsciente la douleur et l’humiliation et s’arrangera pour se punir ou se faire mal avant même que quelqu’un d’autre ne le fasse. Le masochiste a tendance à tout faire pour les autres et se sent rarement reconnu. Il a d’ailleurs le don de se placer dans des situations où il doit prendre soin de quelqu’un d’autre et s’oublie ainsi de plus en plus… Il a également beaucoup de mal à exprimer ses besoins et ce qu’il ressent de peur d’avoir honte ou de faire honte à quelqu’un. C’est souvent un hypersensible et la moindre petite chose ou critique l’atteint. C’est pourquoi il fait tout pour ne pas blesser les autres et particulièrement ceux qu’il aime. Le mot “petit” est très présent dans le vocabulaire du masochiste. Sa liberté est très importante  car, plus jeune, il ne s’est pas senti libre avec ses parents.

La blessure de trahison

Généralement, on souffre de trahison lorsque notre confiance est détruite. Ce qui s’oppose à la trahison, c’est la notion de fidélité. Cette blessure est éveillée entre l’âge de 2 et 4 ans. Elle est vécue avec le parent du sexe opposé et est bien souvent marquée par un fort complexe d’Oedipe. La personne qui souffre de la blessure de trahison se crée le masque du contrôlant. Elle aura tendance à contrôler pour veiller à être fidèle, responsable et à bien respecter ses engagements ou s’assurer que les autres respectent leurs engagements. Elle a besoin de tout prévoir pour tenter de tout contrôler. Les gens qui présentent ce type de blessure sont très exigeantes avec elles-mêmes, mais ont aussi beaucoup d’attentes vis-à-vis des autres. Elles ont beaucoup de mal avec la lâcheté, le manque de courage, la paresse, le mensonge, la tricherie et ne supportent pas d’être en retard ou les retardataires. Le contrôlant doit absolument travailler sur sa patience, sa tolérance et apprendre à lâcher prise. S’il se sent trahi, il n’hésitera pas à éliminer la personne de sa vie car il n’est pas du genre à redonner une autre chance à quelqu’un en qui il a perdu confiance.

La blessure d’injustice

Pour reprendre la définition du livre de Lise Bourbeau : “une personne qui souffre d’injustice ne se sent pas appréciée à sa juste valeur, respectée ou ne croit pas recevoir ce qu’elle mérite.” Cette blessure s’éveille entre 4 et 6 ans, généralement à cause de la froideur du parent du même sexe, de son autoritarisme, ses critiques ou encore de sa sévérité. Dans la plupart des cas, l’un des parents ou les 2 souffrent de cette même blessure. Le masque créé pour se protéger est celui du rigide. Le rigide a du mal à montrer ses sentiments, son affection. Comme le contrôlant, il est beaucoup trop exigeant envers lui-même. Il ne respecte pas ses limites et se fait vivre beaucoup de stress. Figurez-vous qu’il est aussi très optimiste, peut-être même trop ! Dans le vocabulaire du rigide, on retrouve des expressions et mots tels que “pas de problème”, “toujours”, “jamais”, “très bon”, “très bien”, “très spécial”, “justement”, “exactement”, “sûrement”… Le rigide a très peur de se tromper et recherche la perfection. Il ne se permet pas de s’arrêter, de s’amuser ou de se reposer. C’est difficile pour lui de se détendre sans se sentir coupable. C’est encore plus vrai quand quelqu’un d’autre travaille car il va alors trouver cela injuste. Il en fait souvent trop et ne s’arrête que quand il craque. Il a beaucoup de difficulté à recevoir, mais aussi à demander de l’aide à autrui.

Si vous souhaitez aller plus loin, procurez-vous le livre. Vous y trouverez les descriptifs complets et détaillés des différentes blessures de l’âme et des masques associés. Si vous avez déjà lu cet ouvrage, n’hésitez pas à me laisser votre avis en commentant cet article. C’est toujours très enrichissant, pour moi comme pour les autres lecteurs !

Pour aller plus loin

La guérison des 5 blessures de Lise Bourbeau
Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même de Lise Bourbeau

Pour conclure

Comme le souligne elle-même Lise Bourbeau, il n’y a aucune preuve scientifique à ce qu’elle avance dans son ouvrage. Vous n’adhérez certainement pas tous non plus à l’hypothèse selon laquelle chaque âme choisit, avant de venir sur Terre, la famille et l’environnement dans laquelle elle s’incarne dans un but précis. Moi, j’y crois, mais je ne cherche pas à vous convaincre de quoi que ce soit avec cet article. Je sais aussi que Lise Bourbeau et ses enseignements ont été l’objet de nombreuses controverses. Ils ont même été qualifiés de dérive sectaire il y a quelques années en France. Si je vous recommande malgré tout cette lecture, c’est parce que, personnellement, elle m’a aidée à mieux comprendre certains de mes comportements ainsi que ceux de mes proches. Je ne me suis jamais retrouvée à 100% dans le profil des blessures qui me correspondent, mais je dois avouer qu’il y a beaucoup de vrai. Et même si ça ne fait pas toujours plaisir à admettre ! Ouvrez ce livre sans préjugés. Prenez-le pour ce qu’il est : un outil qui vous permettra d’apprendre à mieux vous connaître et de vous accepter, avec vos forces, vos faiblesses, vos désirs, votre personnalité… Il vous aidera en plus à être plus tolérants avec les réactions des autres et à améliorer vos relations.

Pour la petite histoire

Auteure de nombreux best-sellers traduits en plusieurs langues et distribués à travers l’Europe et le Canada, Lise Bourbeau est aussi la fondatrice de Ecoute Ton Corps, la plus grande école de développement personnel au Québec. Depuis 1987 où elle a écrit son 1er ouvrage, Lise Bourbeau a vendu plus de 4,5 millions de livres à travers le monde. Elle et son équipe dispensent aujourd’hui des ateliers, des formations et des conférences dans plus de 28 pays.

Sources

Le site Ecoute ton corps

Crédit photo : Pixabay.

N.B : Cet article contient des liens affiliés. Je participe au Programme Partenaires d’Amazon, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr. Je touche une (petite) commission si vous achetez un produit sur Amazon.fr en cliquant sur l’un de mes liens. Ça ne change rien pour vous, mais de cette façon vous m’aidez à faire vivre mon blog. Merci pour votre soutien !

Vous voulez devenir optimiste ? Inscrivez-vous à la newsletter 100% positive et recevez votre ebook Comment devenir optimiste – Le guide complet pour avoir une vie plus positive !
GRATUIT : recevez votre guide complet pour devenir optimiste !
Placeholder
Auteur

Ancienne râleuse et pessimiste repentie, j’ai décidé de devenir optimiste en 2011. Je me suis alors passionnée pour le développement personnel et la psychologie positive. J’ai créé LE blog lifestyle positif Etre optimiste en 2014 pour partager mon expérience, mes découvertes, mes lectures positives, mes astuces bien-être, mes trucs anti-déprime… Bref, tout ce qui me permet d’apporter plus de positif dans ma vie quotidienne et de maman !

4 Commentaires

  1. Bonjour Julie,
    Ce livre a changé ma vie et surtout ma façon de me voir, ainsi que ma relation avec les autres.
    Il est d’une grande puissance révélatrice.
    Merci.

  2. Merci beaucoup pour ce commentaire ! Il m’a aidée à comprendre beaucoup de choses aussi sur moi et à être plus tolérante/ indulgente face à certaines réactions qui pouvaient m’horripiler avant chez les autres lol.

  3. Bonjour Pêche , c’est en effet un grand classique qui m’a été recommandé un paquet de fois 🙂

Rédiger un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.