Le lâcher-prise, tout le monde a ce mot à la bouche depuis quelques années, mais pas si simple de le mettre en pratique. Vous êtes plein(e) de bonne volonté et puis, une situation désagréable se présente et vous vous laissez emporter par la colère, la peur ou le doute. Vous stressez, vous inquiétez, vous culpabilisez, vous ruminez… Les vieilles rancœurs du passé, les disputes, les soucis du quotidien, vous vous les repassez en boucle. Sans compter les autres qui vous insupportent : les gens qui donnent leur avis sur tout, qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas, la jalousie… Ou peut-être êtes-vous trop perfectionniste ? Dans tous les cas, vous avez sûrement déjà entendu, comme moi, des “Tu devrais passer à autre chose”, “Tu prends les choses trop à coeur”, “Tu devrais prendre du recul”, “Tu devrais lâcher prise”. Mais encore faut-il y arriver ! La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre à lâcher prise et vous libérer. Je vous en dis plus dans cet article.

Bien comprendre la notion de lâcher-prise…

Lâcher prise, ça veut dire quoi ?

Pas évident de résumer en quelques mots le concept de lâcher-prise… Pour le Larousse, c’est un “moyen de libération psychologique consistant à se détacher du désir de maîtrise”. C’est vrai, mais incomplet… Dans Apprendre à lâcher prise en 35 leçons, Frédérique Van Her et Marie-Laure Cuzacq le définissent comme étant “l’action qui consiste à laisser de côté ce qui nous empêche d’aller bien”. Lâcher prise signifierait donc se détacher de tout ce qui n’a plus lieu d’être, nous fait souffrir, nous tourmente inutilement, nous encombre, nous emprisonne, nous empêche d’évoluer d’une façon ou d’une autre, y compris nos relations… En revanche, lâcher prise, ce n’est pas se soumettre, se résigner, fuir ou approuver. Ce n’est pas non plus faire preuve de faiblesse ou de lâcheté. C’est un acte libérateur qui implique une réelle volonté et un travail sur soi pour accepter ses limites, accepter de changer d’attitude, accepter d’avoir confiance en soi, en les autres et en la vie, faire la paix avec son passé et pardonner, mais aussi renoncer à l’envie de vouloir tout contrôler, tout comprendre ou d’avoir toujours raison.

Réussir à lâcher prise - Citation Eckhart Tolle

Pourquoi c’est important de lâcher prise ?

Lâcher prise à des effets bénéfiques sur le corps et l’esprit. Quand vous cessez de donner de l’importance à des choses qui ne le méritent pas, vous réduisez votre stress souvent responsable de tensions musculaires, de troubles du sommeil, de fatigue, d’anxiété, d’irritabilité… Quand vous intégrez le fait que vous tracasser pour des événements qui ne dépendent pas de votre volonté ne sert à rien, vous retrouvez votre calme, la paix intérieure et la sérénité et vous pouvez concentrer votre énergie sur ce qui en vaut vraiment la peine. L’acceptation permet de se délivrer des émotions dites négatives. En lâchant prise, vous apprenez à relativiser, à vous focaliser sur les aspects positifs d’une situation même désagréable. Vous adoptez une attitude plus détachée par rapport à votre problème et c’est donc beaucoup plus facile d’y trouver des solutions. Vous êtes également plus spontané(e) et profitez pleinement du moment présent au lieu de vivre dans le passé ou de vous préoccuper pour l’avenir. Lâcher prise, c’est aussi un art de vivre qui permet de vous ouvrir à la nouveauté et de mieux vous connaître (peurs, blocages, blessures, aspirations profondes, besoins…). C’est vous rapprocher de qui vous êtes vraiment et oser enfin être vous-même !

Comment apprendre à lâcher prise au quotidien ?

Quelques obstacles au lâcher-prise

Certains éléments peuvent faire obstacle au lâcher-prise. Nous avons tous, par exemple, des fausses croyances générales ou personnelles. Elles ont été façonnées par les adultes de notre entourage lorsque nous étions enfants, mais aussi par nos expériences. Si vous avez naturellement tendance à entretenir des émotions négatives (colère, rancœur, haine, peur…), il sera important pour vous de bien identifier les blessures qui en sont à l’origine pour vous en libérer. Sans quoi, vous aurez bien du mal à lâcher prise également. Il est aussi primordial d’arrêter de croire que votre bonheur dépend exclusivement des circonstances extérieures. Comme indiqué dans mon article intitulé Les origines du bonheur, notre environnement et nos conditions de vie n’influencent celui-ci qu’à hauteur de 10%. De la même façon, ce n’est pas quelque chose d’extérieur à vous ou quelqu’un qui va vous permettre de vous épanouir ou d’être heureux. Au contraire, en créant ce type d’attentes, vous prenez encore plus de risques d’être déçu(e) ou triste. Et enfin, bien sûr, si vous résistez, si vous persistez à vouloir rester accroché(e) à ce qui vous emprisonne… Eh bien, désolée, mais personne ne lâchera à votre place !

Quelques pistes pour vous aider à lâcher prise

1. Couper les liens d’attachement

Je reviens ici sur un exercice dont je vous ai déjà parlé, les petits bonhommes allumettes, qui permet de couper les liens d’attachement en agissant sur votre subconscient. L’attachement vient de nos blessures, nos désirs et nos peurs. Il y a consciemment ou non une forme de contrôle sur l’autre, ce qui n’est pas le cas de l’amour ! Cette technique vous sera utile, par exemple, si vous éprouvez de la rancœur, de la colère, de la tristesse, un sentiment d’abandon ou avec les personnes toxiques. Retrouvez la méthode complète ainsi qu’un tutoriel vidéo dans l’article Les petits bonhommes allumettes de Jacques Martel.

2. Gérer les pensées parasites

Les pensées négatives sont l’un des obstacles majeurs au lâcher-prise, du moins, la façon que vous avez d’y réagir. La méditation de pleine conscience (ou mindfulness) et notamment les applications mobiles gratuites de méditation guidée comme Petit Bambou ou Namatata ou encore le livre Méditer, jour après jour de Christophe André, qui comprend, lui aussi, un CD de méditations guidées peuvent vraiment aider à prendre du recul et s’en détacher.

Schéma pour vous aider à lâcher prise

3. Une petite histoire très parlante…

J’ai voulu partager avec vous cette histoire issue du Petit cahier d’exercices du lâcher-prise de Rosette Poletti et Barbara Dobbs car je trouve qu’elle illustre très bien et simplement la notion de lâcher-prise. La voici : savez-vous comment on capture les singes en Indonésie ? On met une orange dans une grosse citrouille, le singe y glisse sa main, prend le fruit, mais n’arrive plus à ressortir sa main. Comme il ne veut pas lâcher l’orange, il reste là, coincé, et on le capture…

4. Dessiner ses blessures

Voici un autre exercice issu du même ouvrage pour lâcher prise d’une blessure : dessinez votre blessure. Quelle forme a-t-elle ? De quelle couleur est-elle ? Quelles sont ses dimensions ? Laissez venir les réponses à ces questions. Prenez votre temps… Puis arrachez la page et, selon les circonstances, déchirez-là en 1000 morceaux que vous jetterez ensuite ou brûlez la page en imaginant que votre ressentiment et votre blessure se consument en même temps.

banniere inscription newsletter

Pour conclure

Vous l’aurez compris, le lâcher-prise est l’une des clefs à adopter pour une vie plus heureuse. Cela vous permettra d’être plus en adéquation avec vous-même, d’accepter plus facilement ce qui vous arrive dans la vie et d’être plus serein(e) d’une manière générale. C’est une étape indispensable à votre développement personnel tant elle a de répercussions positives sur votre santé, votre mental et votre état d’esprit. Cela vous demandera certainement un peu d’entraînement, mais de la même façon que vous pouvez devenir optimiste, vous pouvez apprendre à lâcher prise ! Pour vous assurer que cela fonctionne bien, il faudra au préalable identifier vos fausses croyances, vos peurs, vos blessures… Tout ce qui peut vous empêcher de lâcher prise au quotidien. N’hésitez donc pas à investir quelques euros dans des livres ou des cahiers d’exercices, ça vaut vraiment le coup. Ma vie a changé quand j’ai arrêté de vouloir tout contrôler, tout prévoir, tout comprendre, de vouloir être parfaite et que tout soit parfait, de vouloir plaire et faire plaisir à tout le monde, quand j’ai compris que tout cela n’était qu’illusion, me gâchait la vie et me pompait énormément d’énergie !

Pour aller plus loin

Petit cahier d’exercices du lâcher-prise de Rosette Poletti et Barbara Dobbs
Apprendre à Lâcher prise, c’est malin de Cécile Neuville
Méditer, jour après jour de Christophe André
Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même de Lise Bourbeau

GRATUIT : recevez votre guide complet pour devenir optimiste !
Placeholder
Auteur

Ancienne râleuse et pessimiste repentie, je partage depuis 2014 sur mon blog Etre optimiste toutes mes petites astuces pour apporter plus de positif dans nos vies.

5 Commentaires

  1. Merci Julie ppur cet article très juste … Je m ‘ efforce souvent de lâcher prise mais effectivement cela necessite du temps pour y arriver et une vraie prise de conscience.. Je viens de démarrer la méditation avec  » Petit bambou » et je pense que cela va pouvoir m ‘ aider..

  2. Avec plaisir Isabelle. Je suis certaine que Petit Bambou te fera beaucoup de bien. J’aime bien les méditations guidées 🙂 L’important est de ne pas se décourager, on ne change pas d’attitude du jour au lendemain. J’ai toujours entendu qu’il fallait 21 jours pour ancrer une nouvelle habitude, 21 jours consécutifs. Le petit schéma « à quoi ça sert de s’inquiéter » m’a beaucoup aidée parce que j’avais vraiment tendance à me projeter dans le futur et pas forcément pour le visualiser de façon positive lol. J’étais plutôt du genre à m’imaginer les pires trucs et en réalité, la plupart d’entre eux n’arrivent jamais !!!

  3. J’adore ton blog et tes écrits, je suis contente de tomber sur cet article, la lâcher prise est un art qu’il faut savoir maîtriser, merci pour le partage, Xx

  4. Merci 🙂 oui quand on y arrive, ça soulage beaucoup l’esprit et le corps aussi !!! Moins de stress, de meilleures nuits… et on reste concentrés sur ce qui est important sans se disperser à cause de pensées parasites ou des gens qui nous énervent lol

Rédiger un commentaire