Parmi les choses qui vous sapent systématiquement le moral, ce sont les autres qui arrivent en tête. Et plus particulièrement leur comportement, leur pessimisme ou encore leur négativité… Alors aujourd’hui, je vous propose de prendre quelques minutes pour passer au crible votre entourage. Famille, collègues, amis, connaissances… Partez à la chasse aux personnes toxiques ! Pour vous aider à les repérer et à vous en préserver, vous trouverez dans cet article une liste de 10 exemples de relations toxiques à éviter pour avoir une vie plus heureuse.

1. Ceux qui absorbent tout votre temps

Vous pouvez trouver ce type de personnalité toxique parmi les membres de votre famille ou au sein de votre cercle amical. C’est, par exemple, la bonne copine qui reste pendue des heures au téléphone avec vous tous les soirs pour vous raconter ses problèmes, sans se préoccuper le moins du monde de savoir si elle vous dérange ou pas. Une amitié toxique qui vous pompera du temps, mais aussi de l’énergie car généralement, elle vous demandera aussi beaucoup de conseils… Que, la plupart du temps, elle ne suivra pas… Toute relation repose sur un principe commun : on donne et on reçoit (affection, temps, énergie, idées, conseils, écoute…). Le tout est de trouver un équilibre. Si vous avez la sensation que la relation vous “coûte” plus qu’elle ne vous apporte, il est temps de se poser les bonnes questions.

Mon conseil : faites respecter vos limites. Vous n’êtes pas forcé d’être toujours disponible. Vous avez une vie ! Expliquez-le calmement aux intéressés et si ça ne suffit pas, éteignez votre téléphone quand vous souhaitez être tranquille. J’ai fait une semaine de digital detox, je vous assure, la Terre ne s’arrête pas de tourner. Votre temps est précieux. Choisissez bien à qui et à quoi vous voulez le consacrer.

2. Ceux qui critiquent sans arrêt

On en connaît tous… Quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, ce n’est jamais assez bien ! Quand on dit blanc, il aurait fallu dire noir et inversement. Et quand ce n’est pas vous qu’ils critiquent, c’est leurs parents, leurs amis, la voisine, la collègue, leur conjoint… Rien ni personne ne trouve grâce à leurs yeux. Personnellement, ils m’épuisent. Il n’y a rien de mal à la critique constructive. Au contraire, elle permet d’évoluer, de progresser, en mettant le doigt sur certains points à améliorer. Par contre, quand vous côtoyez régulièrement des personnes à la critique incessante, méchante, négative, inutile ou injustifiée, et dont le seul but est de vous blesser et vous dévaloriser… A la longue, cela peut ravager l’estime de soi. Rabaisser les autres pour se mettre en avant et gonfler leur ego, voilà le credo de ces gens-là.

Mon conseil : travailler sur la confiance en soi, l’estime de soi et l’affirmation de soi ! Si ce type de personnes toxiques se rend compte que les critiques ne vous atteignent pas, il y a fort à parier que vous ne les intéressez pas. Contrairement à ce que leur comportement pourrait laisser croire, n’oubliez pas que ces personnes agissent de la sorte parce qu’elles ont une faible estime d’elles-mêmes.

3. Ceux qui jouent les éternelles victimes

Ah la victime… Encore une personnalité toxique épuisante. Rien de ce qui lui arrive n’est de sa faute. Défaitiste, elle subit son existence en se plaignant inlassablement. Sa vie n’est qu’une suite de malheurs. A la recherche d’oreilles compatissantes, si vous êtes empathiques, méfiez-vous… Elle demande beaucoup d’attention et peut vite se montrer envahissante au quotidien. Un vampire affectif qui vous vide de votre énergie ! Il existe plusieurs types de victimes. Certaines manquent juste de confiance en elles et ne sont pas bien méchantes. D’autres, en revanche, sont à la limite du délire de persécution ou de la mythomanie. J’en ai connu des capables d’inventer des histoires de toutes pièces ou de déformer la réalité pour s’attirer la sympathie des autres. La plainte est leur façon d’exister.

Mon conseil : la victime a rarement conscience de son attitude. Elle a souvent besoin d’une bonne claque pour ouvrir les yeux. J’ai été comme ça, moi même. Je vous en ai déjà parlé dans mon article Vivre ou subir sa vie, une question de choix ! où je propose des pistes pour sortir du mode victime. N’hésitez pas à transmettre le lien aux victimes de votre entourage 😉 Peut-être qu’elles auront un déclic…

4. Ceux qui ont un état d’esprit négatif

Les émotions sont contagieuses. Vous ne vous en rendez pas forcément compte sur le coup, mais les personnes négatives propagent leur négativité autour d’elles. Vous avez beau avoir une attitude positive ou faire tous les efforts possibles pour devenir optimiste, si vous êtes entourés de personnes à l’état d’esprit négatif, c’est beaucoup plus difficile de rester positif. Pire, à la longue, vous risquez de devenir comme elles… Nous sommes la moyenne des 5 personnes que nous fréquentons le plus souvent. Non seulement votre environnement influence votre façon de penser, mais il finit par conditionner qui vous êtes. Ne négligez pas l’impact de votre entourage sur votre état d’esprit. Croyez-moi, j’en ai fait les frais. Autant que possible, évitez les pessimistes, les déprimés et les gens qui se plaignent beaucoup.

Mon conseil : prenez de la distance physique et émotionnelle afin que leur négativité n’influence pas votre état d’esprit. Ils n’ont sûrement pas conscience d’être si pessimistes. Le mode d’explication pessimiste ou optimiste se développe à partir de l’âge de 7 ans. Ils sont donc habitués à penser négatif depuis des décennies… Offrez leur le livre La force de l’optimisme de Martin Seligman 😉

5. Ceux qui ne montrent ni compassion ni empathie

Nous n’avons pas tous le même degré d’empathie ! Nous arrivons plus ou moins bien à nous mettre à la place de l’autre, à comprendre ce qu’il ressent. En tant qu’empathe, évidemment, j’ai énormément de mal avec les personnes qui manquent d’empathie. C’est plus fort que moi, je ne supporte pas non plus les égocentriques, les narcissiques ni les égoïstes. Les gens qui se prennent pour le centre du monde, qui ne sont pas à l’écoute, avec lesquels il n’existe aucun échange, aucune vraie relation… Très peu pour moi ! C’est le genre de relations à sens unique où on a l’impression d’être la bonne poire bien brave. L’autre profite, prend ce qu’il a à prendre mais le jour où vous allez mal, n’en attendez aucun soutien. Il ne perçoit ni vos émotions, ni votre souffrance et ne cherche pas à le faire.

Mon conseil : c’est un choix personnel, mais j’ai décidé de m’éloigner de ces personnes. J’ai eu des relations de ce type par le passé et n’étant pas équilibrées, elles ne me conviennent pas du tout. Quand on fait preuve d’empathie et de compassion, nous agissons à l’opposé de ces gens-là et s’il s’agit de proches, leur indifférence peut vraiment causer beaucoup de peine et d’incompréhension.

Citation Dalaï-Lama - Amour et compassion

6. Ceux qui perdent facilement leur sang-froid

Ce n’est pas toujours simple de maîtriser ses émotions. Nous sommes humains et traversons tous des moments difficiles. Il peut nous arriver d’exploser de temps en temps, mais pas évident quand on supporte à longueur de temps les sautes d’humeur des personnes lunatiques ou caractérielles. En plus de prendre énormément d’énergie, leurs réactions imprévisibles, leurs accès de colère, leur agressivité et leur humeur changeante sont une source de stress pour l’entourage. Pour prendre du recul quand vous les trouvez agaçants voire insupportables, n’oubliez pas que si c’est difficile à vivre pour vous, ça l’est pour eux aussi. Les montagnes russes émotionnelles, c’est très déstabilisant ! Rassurez-vous, s’ils ont envie de changer, tout le monde peut apprendre à mieux gérer ses émotions.

Mon conseil : N’entrez surtout pas dans leur jeu, ça ne ferait que jeter de l’huile sur le feu. Si vous tentez de les raisonner ou de leur montrer que vous avez raison, vous risquez d’aller droit au conflit. Si vous y arrivez, le mieux est encore de rester indifférent. En cas de crise, sortez faire un tour ou changez de pièce en attendant que la tempête passe !

7. Ceux qui vous mentent

Ah les menteurs, une autre catégorie de personnes que je ne supporte pas. Si l’honnêteté est une valeur forte chez vous aussi, fuyez-les ! Vous ne pourrez pas être heureux avec ce genre de personnes ni en amour, ni en amitié. Pas de confiance, pas de relation. Et comment parler de confiance avec quelqu’un qui vous ment ? Confiez-leur un secret, il sera répété. Faites le test en lançant une intox… Encore une fois, il y a mensonge et mensonge. Comme on dit “toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire”. Un petit mensonge pour ne pas blesser quelqu’un qu’on aime n’est pas bien grave. Par contre, prenez garde aux menteurs pathologiques qui mentent à tort et à travers, aux mythomanes qui s’inventent une vie ou aux menteurs manipulateurs qui cherchent à vous tromper ou profiter de vous.

Mon conseil : si le mensonge relève d’une pathologie, n’espérez pas que la situation s’améliore avec cette personne toxique sans une aide psychologique. Je ne peux que vous conseiller de prendre vos distances voire de couper les ponts. Vous pouvez avant cela tenter de confronter la personne à ses propres contradictions. Parfois, les menteurs s’emmêlent eux-mêmes les pinceaux…

8. Ceux qui vous manipulent et profitent de vous

C’est triste, mais certains n’envisagent les autres que comme des moyens de satisfaire leurs besoins et envies. Ils créent des relations par intérêt : pour exploiter votre générosité, votre gentillesse, votre réseau, obtenir quelque chose de vous ou gonfler leur ego. Ce type de relation est malsaine car basée sur un rapport de force. Le manipulateur cherche à exercer un pouvoir sur l’autre, à le dominer. Ca lui donne l’impression d’être fort et le valorise. Pour cela, il n’hésitera pas à culpabiliser, humilier et dévaloriser ses victimes. Soyez vigilant car pour arriver à leurs fins, les personnalités manipulatrices utiliseront vos peurs et faiblesses… Pour en savoir plus, j’ai consacré un article complet sur la manipulation, intitulé 10 indices pour repérer un manipulateur qui recense leurs principales caractéristiques.

Mon conseil : Si vous vous êtes fait manipuler, sachez vous remettre en question. Le manipulateur a-t-il senti une certaine vulnérabilité chez vous ? Un manque d’estime ou de confiance, un besoin d’être reconnu ou aimé, une grande sensibilité ? Identifiez la faille et surtout, montrez-lui que vous voyez clair dans son jeu pervers, affirmez-vous fermement et osez dire non.

9. Ceux qui vous envient

L’envieux ou le jaloux vous rabaissera l’air de rien, tentera de minimiser vos efforts et le travail que vous aurez fourni en vous balançant au visage quelques petites phrases assassines. C’est souvent quelqu’un qui au fond est mal dans sa peau, qui n’est pas satisfait de sa vie mais qui, par fainéantise ou manque de confiance, n’entreprend rien ou pas grand chose pour réaliser ses rêves. Du coup, toutes frustrées qu’elles sont, ces personnes envient secrètement votre vie amoureuse ou votre réussite professionnelle au lieu de se réjouir pour vous. Pour être claire, elles sont dégoûtées de vous voir épanoui et heureux et elles jubileront au contraire de vous voir galérer. Ne perdez pas inutilement votre temps avec des gens qui se délectent de vos malheurs.

Mon conseil : franchement, je ne peux que vous conseillez de laisser tomber l’idée de construire quoi que ce soit de profond avec de telles personnalités… En ce qui me concerne, ce comportement est rédhibitoire ! Entourez-vous de personnes qui vous tirent vers le haut, vous inspirent, vous soutiennent et croient en vos projets.

10. Ceux qui vous stressent en permanence

Par défaut, les humains ont tendance à penser négativement et à se focaliser sur les choses susceptibles de leur causer du souci, du stress ou de l’anxiété. A cela s’ajoute notre rythme de vie stressant, alors si on s’entoure en plus de personnes speed, qui courent partout, tout le temps et surtout après leur temps, inquiets en permanence, qui imaginent le pire quant à l’avenir… Ca devient compliqué de rester positif. Inconsciemment, ils auront tendance à projeter leurs peurs et angoisses sur vous, votre vie, vos projets, soulevant des problèmes auxquels vous n’aviez même pas pensé ! Bref, sans le vouloir, ils ont le don de tendre l’atmosphère. Ils n’ont pas mauvais fond, mais leur pessimisme est contagieux. A moins que vous soyez d’un calme olympien, essayez de les fréquenter à petite dose.

Mon conseil : le problème avec les gens hyper stressés de la vie, c’est qu’ils vous transmettent leurs angoisses. Or vous le savez certainement, le stress peut être à l’origine de tensions, de troubles du sommeil, de fatigue, ou même d’irritabilité… Moins vous êtes en contact avec ce genre de personnes, mieux vous vous portez.

Pour aller plus loin

Les manipulateurs sont parmi nous de Isabelle Nazare-aga
Victime, bourreau ou sauveur : comment sortir du piège ? de Christel Petitcollin
Sortir du triangle dramatique : Ni persécuteur ni victime ni sauveteur de Bernard Raquin
Déjouer les pièges des manipulateurs et pervers narcissiques de Antoine Spath
Se faire marcher sur les pieds, c’est fini ! de Jean-Louis Muller

Pour conclure

J’espère que cette liste vous sera utile pour repérer les personnes aux comportements toxiques dans votre entourage. Loin de moi l’idée de vous rendre parano. Tout n’est pas tout blanc ou tout noir. Certaines personnes n’ont probablement pas conscience d’être toxiques pour leurs proches et ne demandent sans doute qu’à changer. Essayez d’évaluer celles avec lesquelles un dialogue et une remise en question semblent possibles. Privilégiez toujours la communication avant d’opter pour des mesures radicales. Je ne cesse de le répéter, mais écoutez-vous. Au fond de vous, vous savez quelle relation est bonne ou pas pour vous. Si vous sentez un malaise, prenez de la distance. Personne ne vous oblige à passer du temps avec des gens qui vous apportent du négatif ou vous vident de votre énergie vitale. Si vous ne pouvez pas prendre de la distance physique, prenez autant que possible de la distance émotionnelle.

Source

Liste inspirée par l’article 10 toxic persons you should just get rid of

Crédit photo : Freepik.

N.B : Certains liens contenus dans cet article sont des liens affiliés. Je participe  au Programme Partenaires d’Amazon, un programme d’affiliation qui permet aux sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr. Je touche donc une commission, si vous achetez un produit sur Amazon.fr en cliquant sur mes liens. Cela ne change rien pour vous, mais de cette façon vous m’aidez à faire vivre mon blog. Merci pour votre soutien !

Vous voulez devenir optimiste ? Inscrivez-vous à la newsletter 100% positive et recevez votre ebook Comment devenir optimiste – Le guide complet pour avoir une vie plus positive !
GRATUIT : recevez votre guide complet pour devenir optimiste !
Placeholder
Auteur

Ancienne râleuse et pessimiste repentie, j’ai décidé de devenir optimiste en 2011. Je me suis alors passionnée pour le développement personnel et la psychologie positive. J’ai créé LE blog lifestyle positif Etre optimiste en 2014 pour partager mon expérience, mes découvertes, mes lectures positives, mes astuces bien-être, mes trucs anti-déprime… Bref, tout ce qui me permet d’apporter plus de positif dans ma vie quotidienne et de maman !

10 Commentaires

  1. Merci ! Faut bien que ça profite aux autres que je me sois si mal entourée pendant toutes ces années lol. Voir le positif partout 😉

  2. Moi c est simple 2 tantes narcissique je leur ais dit leurs 4 vérité sans complaisance ça fait un bien fou et rien à faire si ça blessé ces personnes la blessent tte leur vie la meilleure des choses à faire c est de leur renvoyer leur propre vie erreur en plein visage une alcoolique dans le déni bien évidemment ses reproches incessants comme tu fais quant un bébé alor qu elle même ne pouvait en avoir me me si elle a adopté balançant t es même pas marié alor que son propre mariage partait en vrille depuis des années à dit devant ma mère ta fille y a 20 ans à fait un coma éthylique alor que je n ai jamais bu une goutte d alcool lol alor je lui ai dit occupe toi de ta vie et ton mariage en carton depuis 10 ans il part en sucette à vs battre à vs taper dessus et même avec ton fils adoptif tu n as même pas su protéger cette relation mère fils alor balaye devant ta porte bref je l ai dégager mise à la porte et lui ai dit que je ne l avais jamais aimé la c est parti en vrille car elle voulait pas dégager de chez ns mais j ai pas céder elle est toujours en train de me rabaisser devant ma mère la j ai péter un câble me manques de respect chez moi ss mon toit la je pouvais plus désormais elle sait qu elle ne fait plus partie de notre famille

  3. Ah ça, je suis bien d’accord, on ne choisit pas sa famille… Je sais de quoi je parle ! Je suis en rupture totale avec mes parents depuis des années. Certaines personnes acceptent de se remettre en question, d’autres non. Je crois que quand on a essayé ce qu’on pouvait, que rien n’a marché, que les personnes ne prennent pas leur part de responsabilité, mieux vaut se tenir à distance. Enfin, c’est mon avis et depuis que j’ai écarté de ma vie toutes les personnes toxiques qui gravitaient autour de moi, bah je me sens beaucoup mieux !

  4. je suis partiellement d’accord car avant d’être optimiste vous étiez pessimiste et du coup si tout le monde vous aurez éviter je pense que cela aurai été compliquée non? car parfois on a quand même besoin des autres! et pour revenir a la famille il parait qu’on la choisi en fonction de nos blessures d’âme (lise bourbeau) .puis, l’estime de soi se fait avant 7 ans donc si on ne choisit pas ses parents c’est quand même eux qui nous éduquent et influencent notre mode de pensée . après je ne dis pas qu’il fau rester pessimiste mais pas si simple de changer si tout le monde leur ferme la porte .

  5. Bonjour Laeti et merci pour votre retour. Je pense aussi que nous choisissons notre famille parce que je crois en la réincarnation et oui, bien sûr que nos parents et notre éducation d’une manière générale influencent notre mode de pensée. Là où je ne suis pas d’accord avec vous, c’est que ce n’est pas le autres qui nous font changer. Au contraire, si les autres nous tournent le dos, c’est peut-être aussi le moyen d’ouvrir les yeux, de nous remettre en question. Personnellement, je n’ai pas changé grâce aux autres, j’ai changé parce que je ne me supportais plus moi-même ! Enfin, je ne dis pas de couper les ponts avec tout le monde. Simplement, il y a des gens qui sont vraiment toxiques et qui malheureusement ne changeront jamais parce qu’ils n’en ont tout simplement pas envie… Et ces gens-là sont épuisants et vous ne pourrez jamais rien faire pour eux. C’est à eux de prendre la décision de changer.

  6. Très intéressant, mais j’ai un peu peur que si l’on décide d’éviter toute personne qui corresponde de près ou de loin à l’un de ces dix profils, il ne reste plus grand monde…

    En particulier quand on est en groupe, on peut toujours être sûr qu’il y aura toujours quelqu’un qui n’aime pas toutes sortes de choses (la nourriture, la musique diffusée…) parce que c’est trop comme ci, pas assez comme ça (profil 2), à qui il arrive toujours des trucs plus ou moins invraisemblables (profil 7), qui se pose tellement de questions qu’on finirait par ne plus oser mettre un pied devant l’autre (profil 10) ! Ces comportements ont vite tendance à déteindre sur le groupe et polluer l’ambiance.

    J’ajouterais un 11e profil (qui m’horripile particulièrement) : ceux qui ne peuvent pas s’empêcher de polémiquer. Vous sortez du cinéma où vous avez vu un film qui vous a bouleversé(e) ? réaction : « Oh, mais non c’était nul, je me suis endormi tellement c’était chiant ! » Ou au contraire que vous avez trouvé affligeant ? Réaction : « mais non c’était génial, et portant des films j’en regarde beaucoup ». Vu la finesse des arguments invoqués dans ces réactions (et la façon dont ils sont assénés), ces personnes ne cherchent pas à avoir un échange qui pourrait être intéressant, c’est seulement le plaisir de contredire qui compte.

  7. Bonsoir Samuel, oh oui, je suis certaine qu’on peut trouver d’autres profils 🙂 je crois que ce qui est vraiment important au fond, c’est de savoir s’écouter. Personnellement, je suis trop sensible. J’ai l’impression d’être une éponge, comme les enfants. Si je reste trop longtemps ou que je fréquente trop souvent des personnes négatives, avant ça avait tendance à déteindre sur moi, maintenant ça finit par me rendre malade… Heureusement, non, y a plein de gens qui ne rentrent pas dans ces profils ! Après, on a quand même le droit de râler de temps en temps, hein 😉 y a des jours avec et des jours sans, mais quand les gens sont vraiment tout le temps négatifs, c’est pesant. D’ailleurs, j’ai du moi-même être pénible pour certaines personnes du temps où je ne cessais de me plaindre !!!

  8. Entièrement d’accord. Le problème, c’est qu’à force d’éviter tous ces types de personnalités on risque de ne plus côtoyer grand monde… ☹️

  9. Bonjour Florence et merci pour votre message. Beaucoup de personnes me disent la même chose que vous, mais non heureusement, il y a beaucoup de personnes qui ne rentrent dans aucun de ces critères, je vous assure 🙂 et après, nous sommes tous humains aussi. On a le droit de se plaindre de temps en temps, par exemple, hein… Je parle ici des gens où le comportement pèse vraiment sur les autres. Si c’est en permanence , que vous vous sentez mal en leur présence ou qu’ils vous vident de votre énergie, par expérience, je ne peux que vous conseiller de mettre de la distance.

Rédiger un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.