Selon l’éducation que vous avez reçue, vous n’avez pas forcément appris à verbaliser vos émotions ou même été autorisés à les exprimer librement. Si en plus vous êtes hypersensibles comme moi et que vous vivez toutes vos émotions puissance 10 depuis l’enfance… Comment dire ? C’est chaud, hein ? Alors, est-ce que ça fait de nous des bombes à retardement et que tout est susceptible de nous péter un jour à la figure ? Qu’advient-il de toutes ces émotions réprimées ? De ces souffrances occultées ? De tout ce qu’on a enfoui au plus profond de nous depuis des décennies, à défaut d’avoir pu le dire ou le ressentir pleinement ? Un tas d’expressions du langage courant associent les émotions et le corps : “La peur au ventre”, “Ça m’est resté sur l’estomac”, “Je me fais de la bile”, “Je ne l’ai pas digéré”, “Ça me fend le cœur”, “J’ai un nœud à la gorge”… Existe-t-il un lien entre émotions refoulées et maladies ? Bref, ça soulève chez moi plein de questions auxquelles je vais tenter de répondre dans cet article.

A quoi servent nos émotions ?

Le mot “émotion” vient du latin “emovere” qui signifie “mettre en mouvement”. Je vous en ai déjà parlé dans l’article La méthode en 3 étapes pour vaincre ses peurs, au départ, les émotions sont juste là pour assurer la survie de l’espèce. Joie, colère, tristesse, dégoût, peur ou surprise… Il n’y a pas de bonne ou mauvaise émotion. Elles indiquent toutes comment vous vous situez à un instant t par rapport à votre environnement et aux personnes qui vous entourent. Elles surgissent pour délivrer un message. Parfois pour dire que tout va bien (joie). Et parfois pour signaler que quelque chose ne va pas et qu’un besoin doit être satisfait pour revenir à un état de bien-être. Chaque émotion vous invite ainsi à adopter un comportement spécifique. Par exemple, la tristesse vous informe que vous êtes meurtris. Il y a une perte à accepter, un deuil à faire. Ceci pousse à se mettre en retrait, à vous replier sur vous le temps de cicatriser la blessure. Quand nous sommes tristes, nous avons besoin de réconfort, de bienveillance et d’être consolés.

Pourquoi exprimer ses émotions ?

Le corps se souvient de tout…

Vie intra-utérine, accouchement, enfance et tout au long de notre vie… Notre corps enregistrerait et garderait une trace d’absolument tous les traumatismes et autres chocs émotionnels que nous n’avons pas pu ou su exprimer. Une idée que l’on retrouve dans plusieurs pratiques. C’est le cas, par exemple, de la microkinésithérapie (ou microkiné) ou de la kinésiologie que j’ai déjà eu l’occasion de tester à plusieurs reprises pour mes enfants et moi-même. Selon l’ostéopathe Roger Fiammetti et son approche somato-émotionnelle (ou langage émotionnel du corps), il serait également possible de mettre en relation chaque vertèbre de notre colonne vertébrale avec une émotion :

Lien entre vertèbres et émotions - Roger Fiammetti
Source : https://www.fiammetti.com

Les émotions affectent notre corps

Pour la médecine traditionnelle chinoise, il existe un lien entre émotions et organes. La colère est associée au foie, la joie au coeur, la peur aux reins et à la vessie et la tristesse aux poumons. Vous vous souvenez du principe de somatisation ? Je vous en ai parlé dans l’article consacré à la psychogénéalogie. Pour faire simple, c’est quand une émotion ou un trouble psychologique s’exprime par le biais du corps : troubles psychosomatiques, maladie (“le mal a dit”)… Des émotions refoulées, vécues intensément ou de façon répétée et/ou prolongée empêcheraient l’énergie (Qi) de circuler harmonieusement. Ce qui serait susceptible de provoquer des maladies…

Les émotions agissent sur notre adn

Grâce à l’épigénétique, nous savons aujourd’hui que certains facteurs tels que notre alimentation, nos expériences de vie, nos émotions ainsi que celles de nos ascendants ont une influence sur nos chromosomes. C’est dingue quand on y pense, non ? Mais la bonne nouvelle, c’est que nous pouvons donc agir, nous aussi, sur nos gènes et par la même occasion sur ceux de nos potentiels descendants. Comment ? En commençant déjà par adopter une meilleure hygiène de vie, par réduire notre stress et par exprimer nos émotions, par exemple. Si vous souhaitez approfondir le sujet, je vous invite à vous procurer l’ouvrage Reprenez le contrôle de vos gènes du Pr. Isabelle M. Mansuy.

Quand les émotions affectent notre santé

Outre la médecine traditionnelle chinoise, que dire de récits de guérisons miraculeuses de personnes atteintes de cancer comme Brandon Bays, Louise Hay ou Anita Moorjani ? Attention, je ne dis pas non plus que les émotions, pensées et sentiments déclenchent forcément des cancers hein. Si vous avez régulièrement mal au dos, des éruptions cutanées type eczéma ou psoriasis, des infections urinaires, des problèmes de digestion… Jetez un oeil au Grand dictionnaire des malaises et des maladies de Jacques Martel. Tout n’est pas à prendre au pied de la lettre, mais quand même, souvent ça interpelle ! J’ai eu moi-même par le passé des douleurs chroniques et maladies qui ont disparu du jour au lendemain. Par exemple, j’ai enchaîné plusieurs cystites entre fin 2013 et début 2014 alors que je n’en avais jamais eu auparavant. J’ai fait quelques recherches à l’époque et j’ai trouvé que cela était souvent en lien avec un problème de place. Impression de ne pas être à sa place, qu’on ne trouve pas sa place, qu’on nous prend notre place… C’était le cas. A partir du moment où j’en ai pris conscience, croyez le ou non, mais je n’en ai plus jamais eu de ma vie ! Sans rien changer… Non, je ne bois toujours pas suffisamment (et oui, je sais, c’est pas bien !).
Citation Carl Jung - Emotions

Comment réagir face à une émotion intense ?

Dans les sociétés occidentales, nous sommes souvent tentés de repousser nos émotions, de lutter contre, de les réprimer pour ne pas les voir ou les montrer aux autres ou de les fuir : nourriture, télévision, sorties, sport, alcool, drogue… N’importe quoi qui permet de détourner l’attention de l’émotion envahissante. La meilleure attitude à adopter au contraire est d’accepter votre émotion totalement et sans jugement. Bah oui, c’est rarement agréable, mais c’est comme ça qu’elle pourra disparaître. L’idée, c’est vraiment de l’accueillir et de l’accepter pleinement. Laissez-la se manifester et écoutez ce qu’elle a à vous dire sans essayer de contrôler. 3 minutes suffisent ! C’est pas la mer à boire… Positionnez-vous en observateur. Observez ce que vous ressentez. Qu’est-ce qui se passe dans votre corps. Où ça se passe ? Pourquoi vous ressentez ça ? Qu’est-ce que ça réveille chez vous ? Une ancienne blessure ? Vous pouvez aussi vous aider de la méditation, de la sophrologie ou d’une application mobile comme Dr Mood.

Comment se libérer de ses émotions ?

Et comment fait-on quand c’est trop tard ? Quand des émotions censées appartenir au passé sont encore là ou refont surface ? Quand vous avez besoin de vous pardonner vos erreurs et/ou de pardonner celles des autres ? Je vois plusieurs solutions. La meilleure, selon moi, étant de pouvoir l’exprimer à l’oral ou à l’écrit à la personne concernée. Calmement, sans l’accabler de reproches. Si besoin, retournez faire un tour sur l’article relatif à la communication non violente. Je vais être vulgaire, mais on a tous déjà fait de la merde dans notre vie ! Alors quoi que cette personne nous dise, soyons humbles et compréhensifs… Vous pouvez sinon écrire une lettre, puis la brûler, la déchirer ou la jeter pour évacuer l’émotion. Vous pouvez aussi visionner la vidéo d’Anne-Marie Jobin “Une lettre qui fait du bien” (variante créative conseillée par mon amie Myriam). J’ai pris beaucoup de plaisir à faire cet exercice. Le résultat est même plutôt joli ! Mais dans mon cas, ça n’a pas suffit à m’apaiser. Je me suis surtout rendu compte que j’avais bien plus de choses à raconter que ce que je pensais. J’ai donc opté pour un échange écrit avec le principal intéressé que je remercie à nouveau pour sa bienveillance. Si tu lis ces lignes et te reconnais, tu as été parfait… Merci !

Pour aller plus loin

Pour conclure

Voilà un article qui me tenait particulièrement à coeur. C’est peut-être pour ça que j’ai mis autant de temps à l’écrire d’ailleurs. Depuis fin 2019, je me suis lancée dans une espèce de grande opération de nettoyage émotionnel lol. En fait, ce n’était pas vraiment prévu parce qu’à vrai dire, je n’avais absolument pas conscience d’avoir réprimé autant d’émotions… Puis, un jour, l’Univers (ou la vie selon vos croyances) m’a fait un festival de synchronicités. Des coïncidences tellement énormes que je ne pouvais définitivement pas les ignorer. Je ne vous cache pas que ça a rouvert les vannes. J’ai pleuré, pleuré et pleuré… Au secours !!! Je n’avais aucune idée d’avoir gardé tout ça en moi… Et je ne vous raconte pas les cold cases parce que c’était des vieux machins non exprimés de plus de 20 ans mdr. J’ai eu la chance énorme de pouvoir échanger avec toutes les personnes avec qui j’en ai ressenti le besoin. Que des garçons… Non, pas tous des ex lol. Rien de tout cela n’était calculé. Je me suis laissée porter par les synchronicités et je n’ai eu que de très belles surprises. Ça m’a fait un bien fou. Tant qu’à faire, j’espère que c’était réciproque. Je me suis sentie apaisée comme jamais, pleine d’amour et de gratitude. J’ai des projets pro de plus grande envergure qui me demandent d’être à bloc en terme de confiance en moi et d’estime de moi. Je crois que pour me lancer pleinement dedans, j’avais besoin d’être complètement en paix avec mon passé. Finalement, c’était juste le perfect timing !

Sources

N.B : cet article contient des liens affiliés. Je participe au Programme Partenaires d’Amazon. Je touche donc une petite commission si vous achetez un produit sur ce site en cliquant sur mes liens. Ça ne change rien pour vous, mais ainsi vous m’aidez à faire vivre mon blog. Merci pour votre soutien !

Crédit photos : Freepik

NOUVEAU : découvrez le Challenge gratuit "7 jours pour positiver" !
Placeholder

3 Commentaires

  1. Michel DEMOUVEAUX

    Bonsoir Julie,
    Toujours un plaisir de lire vos réalités, je me souviens et je crois que vous étiez sur Montpellier et mon frère étant la-bas je désirais vous rencontrez, étant très près de la santé par la nature et magnétiseur occasionnel mais avec à chaque fois des bons résultats, j’ai décidé de m’installer pour soulager les personnes encore il y a quelque jours j’ai soulager 2 personnes, et étonné de mes résultats . Je vais donc à 72 ans m’installer professionnellement. Je suis de nature morphopsychologue . Aussi ayant connue des personnes de grandes capacités d’ études de vie avant la vie le spirituel , et ce que je crois que notre corps est juste un habit qui habille notre esprit et nous revenons à chaque fois pour nous améliorer.
    TRES BONNE CONTINUATION , Très sincèrement Michel

  2. Mathias Rosandic

    Bonjour,
    Pour ce qui me concerne j’ai de l’asthme depuis le décès de mon père que j’ai voulu voir une dernière fois. J’avais 8 ans 1/2. Ce n’est que plus tard que j’ai pris conscience au travers de la MTC que ma tristesse était sur mes poumons. D’ailleurs je me réveille régulièrement entre 3h et 5h du matin, plage horaire de l’horloge circadienne se référant… aux poumons. Cela n’a pas permis d’améliorer mon asthme, bien que je n’en ai plus comme quand j’étais enfant, mais cela m’a permis de comprendre.

  3. Bonsoir Michel et Mathias, je m’excuse de vous répondre si tard, j’ai pris énormément de retard dans le traitement de mes mails et commentaires… Merci pour vos messages ! Oui, Michel, je suis près de Montpellier 🙂 et merci Mathias pour votre retour d’expérience. C’est très intéressant. Belle soirée à vous 2.

Rédiger un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin it